Comment reconnaître les troubles anxieux et le burn-out au travail

Dépressions, phobies, stress... Les problèmes mentaux qui surviennent sur les lieux de travail sont nombreux. Leur impact ne doit pas être sous-estimé : outre la souffrance personnelle du travailleur, les collègues doivent faire face à un surcroît de travail si celui-ci s'absente et la continuité de vos activités est compromise.

En Belgique, on observe surtout des cas de burn-out (les chiffres récents fluctuent aux alentours des 10 % de travailleurs souffrant de stress aigu ou de burn-out réel) et de troubles anxieux (15,1 % chez les femmes, 11,1% chez les hommes, selon l'Etude européenne sur l'épidémiologie des troubles mentaux). Quels sont exactement ces troubles, comment les reconnaître et que faire lorsqu'ils se présentent ?

Burn-out : épuisement mental

Sophie travaille d'arrache-pied depuis un certain temps sur un grand projet et doit tout faire seule à la maison depuis son divorce. Elle reste régulièrement plus longtemps au bureau pour respecter les délais et commet de plus en plus d'erreurs durant ces heures supplémentaires. Alors qu'elle avait autrefois une vie sociale intense, elle refuse fermement d'aller prendre un verre le vendredi soir avec les collègues.

A la base du burn-out, il y a une surcharge. La cause est habituellement un stress extrême ou de longue durée. En plus des difficultés au travail, les problèmes de la vie privée peuvent également engendrer un stress. Le stress en lui-même n’est – tout comme la peur – pas intrinsèquement négatif. Au contraire : certaines personnes donnent le meilleur d'elles-mêmes lorsqu'elles sont soumises à une bonne dose de pression.

Il est capital d'avoir la possibilité de récupérer. Se détendre après une dure journée de travail ou une période intense, ou tout simplement échapper aux nombreuses corvées du ménage, permet de faire à nouveau face. Si la personne ne peut se détendre durant une longue période, elle risque fort de souffrir de burn-out.

Signaux d'alarme burn-out

Les collaborateurs qui développent un burn-out ne sont souvent pas suffisamment conscients du fait qu'ils ont un problème. Mais de l'extérieur, les changements de comportement sont souvent beaucoup faciles à repérer. A noter qu’il existe une différence importante entre le burn-out (un trouble de l'énergie) et la dépression (un trouble de l'humeur).

Si vous remarquez les signaux suivants chez un collègue ou un collaborateur, il est possible que la personne souffre de burn-out.

Symptômes

  • avoir l'air fatigué ;
  • devenir de plus en plus cynique ;
  • commettre plus d'erreurs ;
  • travailler plus longtemps avec moins de résultats ;
  • camoufler les erreurs ;
  • se retirer et éviter les contacts sociaux ;
  • ne plus respecter les règles ;
  • perdre le contrôle de soi.

Que devez-vous faire ?

  • Soyez attentif aux changements au niveau des performances, du temps consacré aux tâches, de la motivation ou du comportement.
  • Parlez avec la personne de ces changements.
  • Adaptez les tâches.
  • Si nécessaire, envoyez le collaborateur vers un professionnel.

Que devez-vous ne pas faire ?

  • Ne culpabilisez pas le collaborateur.
  • N’augmentez pas la pression.
  • Ne minimisez pas la situation.
  • Ne condamnez pas le collaborateur.

Troubles anxieux : peur panique

Charles a eu un accident de la route sur le chemin du travail. Depuis lors, il n'ose plus conduire sa voiture et évite aussi l'endroit de l'accident. Il trouve également difficile de faire du covoiturage avec des collègues ou de rouler à vélo le long d'une route très fréquentée.

La peur est un mécanisme de survie naturel. Si les gens se sentent menacés, par exemple lors d'une catastrophe naturelle ou d'un braquage, ils sont pétrifiés ou s’enfuient. Mais dans le cas d'un trouble anxieux, cette réaction n'est pas proportionnelle au stimulus et le comportement d'évitement se produit. La personne concernée ne peut plus fonctionner normalement, à la fois sur le plan professionnel et sur le plan privé, et les relations souffrent, elles aussi, du trouble anxieux.

Signaux d'alarme troubles anxieux

Contrairement à ce qui se produit en cas de réaction de peur naturelle, qui disparaît automatiquement dès que le stimulus disparaît, une personne qui souffre d'un trouble anxieux se retrouve prise dans un cercle vicieux. Elle présente de plus en plus de comportements d'évitement et se noie dans des pensées à caractère anxieux. Un détail banal, comme voir un type spécifique de voiture, peut être suffisant pour provoquer une réaction extrême.

Un collaborateur ou un collègue qui se bat pour éviter de tels déclencheurs, sans raison rationnelle, doit attirer votre attention.

Symptômes

  • manger moins ;
  • avoir l'air fatigué ;
  • éprouver des difficultés de concentration ;
  • être irritable et agité ;
  • avoir l’air tendu.

Que devez-vous faire ?

  • Aidez votre collaborateur à faire face à ses peurs et à accueillir ses pensées négatives.
  • Gardez à l'esprit que les facteurs qui déclenchent la peur chez le collaborateur peuvent paraître banals, mais être vécus comme très graves.
  • Offrez au collaborateur la possibilité de se détendre.
  • Si vous ne remarquez aucune amélioration, envoyez le collaborateur vers une personne de confiance ou un médecin.

Que devez-vous ne pas faire ?

  • Veillez à ne pas minimiser la situation. Des déclarations comme « Calmez-vous maintenant » ne font que jeter de l'huile sur le feu.
  • N’aggravez pas les problèmes en en parlant trop.
  • Ne prenez pas les choses trop personnellement si votre collaborateur s'emporte contre vous.

La prévention et la protection psychosociales dans votre entreprise

Mensura vous aide à faire face aux risques psychosociaux au travail. Nous sommes à votre disposition pour une analyse des risques psychosociaux, des conseils, un encadrement assuré par des psychologues, des formations et plus encore. N'hésitez pas à nous contacter.

Lire tous les postes de blog sur le thème « santé mentale ».